Starbucks crée une «culture de la peur» en licenciant des dizaines de personnes impliquées dans les efforts syndicaux

Plus de 85 travailleurs de Starbucks qui étaient fortement impliqués dans les efforts de syndicalisation de la chaîne de café géante ont été licenciés au cours des derniers mois, selon le groupe de travailleurs Starbucks Workers United.

Les travailleurs ont déposé de nombreuses accusations de pratique de travail déloyale pour les licenciements et un juge fédéral a récemment ordonné la réintégration de sept travailleurs à Memphis, Tennessee, qui ont été licenciés en février, une décision que Starbucks a déclarée en désaccord et a l’intention de faire appel.

Le Conseil national des relations de travail a déposé 21 plaintes officielles contre Starbucks, englobant 81 accusations et 548 allégations de violations du droit du travail qui sont actuellement en cours d’examen.

Starbucks a accusé le NLRB de favoriser la campagne syndicale et a appelé à la suspension temporaire des élections syndicales. L’entreprise s’est opposée avec véhémence aux efforts de syndicalisation alors que plus de 220 magasins ont remporté les élections syndicales depuis décembre.

Starbucks Workers United a appelé pour que les dirigeants de Starbucks témoignent devant le Congrès sur la réponse de l’entreprise à la campagne syndicale.

Pendant ce temps, des travailleurs licenciés ont décrit leur traitement. Jaysin Saxton, qui a travaillé chez Starbucks à Augusta, en Géorgie, pendant plus de trois ans, a été licencié le 16 août. Son magasin a commencé à s’organiser en janvier, a annoncé publiquement en mars et a remporté à une écrasante majorité les élections syndicales fin avril.

Saxton a déclaré qu’il y a quelques mois, après l’arrivée d’un nouveau directeur dans le magasin, les travailleurs ont commencé à faire l’objet d’un examen minutieux et de mesures disciplinaires.

« C’est à ce moment-là que tout s’est détérioré. Ils ont commencé à écrire beaucoup aux gens, allant des coachings documentés aux avertissements écrits finaux afin que les travailleurs ne puissent pas être transférés ou promus », a déclaré Saxton. « Ils nous surveillent. C’est fou. Ils viennent de créer cette intense culture de la peur dans le magasin et essaient de tous nous chasser. »

En juillet, Saxton a dirigé une marche contre le patron pour présenter une liste de revendications des travailleurs, une manifestation que les gestionnaires ont réprimée. Saxton a déclaré qu’il avait été licencié pour avoir prétendu avoir perturbé la manifestation.

“J’ai dit à mon directeur de district que j’étais traité comme l’homme noir en colère stéréotypé”, a déclaré Saxton sur la façon dont il a été traité par les managers pour avoir tenté de résoudre les problèmes et les griefs que les travailleurs éprouvaient dans le magasin.

Environ un mois plus tard, Saxton a reçu un appel de son manager l’informant qu’il était licencié, bien qu’il ait déclaré qu’il n’avait reçu aucun compte rendu ou mesure disciplinaire de la manifestation avant l’appel. Il a immédiatement déposé les documents pour soumettre une allégation de pratique déloyale de travail pour son licenciement.

Plus de 80 grèves ont été organisées par les travailleurs de Starbucks pour des allégations de pratiques de travail déloyales, des licenciements de dirigeants syndicaux, des retenues d’avantages pour les magasins syndiqués et des retards dans les premières négociations contractuelles. Le syndicat a créé un fonds de grève pour aider les travailleurs en grève et plusieurs campagnes GoFundMe ont été créées pour soutenir financièrement les dirigeants syndicaux qui ont été licenciés.

Joselyn Chuquillanqui, 28 ans, et chef de quart pendant sept ans chez Starbucks à Great Neck Plaza, New York, a été licenciée en juillet pour ce qu’elle a qualifié de critiques excessives pour son retard. Elle a déclaré qu’après que son magasin ait manqué d’un vote lors de l’élection de son syndicat en mai, elle avait été expulsée par la direction.

“Je me faisais écrire pour être en retard de moins de cinq minutes”, a déclaré Chuqillanqui. “Ils ont essayé de me vilipender, sous-entendant que j’étais payé par le syndicat.”

Ses collègues et partisans de la communauté ont récemment organisé un rassemblement devant le magasin Starbucks pour la soutenir et exiger sa réintégration, où des dizaines de supporters ont scandé “réembaucher Joselyn”. Le syndicat a l’intention de déposer une plainte pour pratique déloyale de travail suite à son licenciement.

Starbucks a nié toutes les allégations de représailles. Un porte-parole a déclaré dans un e-mail : « Ces personnes ne sont plus chez Starbucks pour violation de la politique du magasin. L’intérêt d’un partenaire dans un syndicat ne l’exempte pas des normes que nous avons toujours défendues. Nous continuerons à appliquer nos politiques de manière cohérente pour tous les partenaires. »



#Starbucks #crée #une #culture #peur #licenciant #des #dizaines #personnes #impliquées #dans #les #efforts #syndicaux

Leave a Comment

Your email address will not be published.