Salesforce rapporte mercredi et j’ai une idée commerciale haussière

Il y a un peu moins de deux semaines, le hedge fund Appaloosa de David Tepper révélait avoir pris une nouvelle position (200K parts) dans Salesforce (CRM). L’action a atteint le creux de la barre des 150 $ à deux reprises au cours du deuxième trimestre et une fois de plus en juillet. Je me demande où Appaloosa a initié. Quoi qu’il en soit, c’est une bonne compagnie.

J’ai vendu du Salesforce et j’ai acheté du Salesforce cette année, mais je n’ai jamais été “à plat”, du moins pas cette année en tout cas. Salesforce et Microsoft (MSFT) sont les deux seuls stocks de logiciels, ou “rois du cloud”, dans lesquels j’ai détenu une sorte de position longue perpétuelle, car le marché a fait ce qu’il a fait. Je suis aussi, en ce moment, depuis longtemps ServiceNow (NOW), mais j’entre et sort souvent de ce nom. Salesforce, soit dit en passant, rapporte tard aujourd’hui, après la cloche de clôture.

Sonnez cette cloche

Les actionnaires de Salesforce attendent avec impatience que la société publie ses résultats du deuxième trimestre fiscal mercredi après-midi. Pour le premier trimestre fiscal de l’entreprise, Salesforce a déclaré un BPA ajusté de 0,98 $ (BPA GAAP : 0,03 $) sur un chiffre d’affaires de 7,41 milliards de dollars. Ces chiffres ont dépassé les projections de Wall Street pour les résultats à la fois supérieurs et inférieurs, tandis que la ligne supérieure elle-même a montré une croissance d’une année sur l’autre de 24 %, ou 26 % en monnaie constante. La part du lion de l’ajustement du BPA provenait des dépenses de rémunération à base d’actions.

À la fin de ce premier trimestre, l’obligation de performance restante avait augmenté de 21 % (24 % en monnaie constante) pour atteindre 21,5 milliards de dollars. La société a également guidé le deuxième trimestre vers des revenus de 7,60 à 7,7 milliards de dollars et l’exercice complet vers des revenus de 31,7 à 31,8 milliards de dollars. Ces chiffres, s’ils sont réalisés ce soir, seront bons pour une croissance de 21% et 20%, respectivement. Salesforce a également guidé le BPA ajusté du T2 de 1,01 $ à 1,02 $ et le BPA ajusté pour l’année entière de 4,74 $ à 4,76 $.

À quoi s’attendre

Pour ce soir, un consensus de plus de 35 analystes est pour un BPA ajusté de 1,03 $ sur des revenus de 7,7 G$. Ce soir, tous les globes oculaires seront tournés vers les activités d’abonnement et d’assistance. Cette activité, qui est de loin la principale source de revenus de l’entreprise. L’abonnement et le support ont enregistré un chiffre d’affaires de 6,856 milliards de dollars pour le premier trimestre, en hausse de 23,8 %. C’est là que la magie opère, pour ainsi dire. C’est là que les clients qui cherchent à numériser des données et à transférer des opérations vers le cloud se rendent pour y parvenir. Le besoin de ces services est là pour rester.

Cela dit, avec le contexte macroéconomique tel qu’il est, et entreprise technologique après entreprise technologique annonçant une réduction de la masse salariale ou un gel des embauches, il va de soi qu’il existe un risque associé à ce trimestre en particulier, concernant les dépenses des entreprises en informatique. Deuxièmement, les investisseurs devront également se concentrer sur les services professionnels et autres activités. Cette unité n’a généré de revenus que de 555 millions de dollars au premier trimestre, mais cela a augmenté de 29,9 %.

La marge opérationnelle sera également au centre des préoccupations. Pour le premier trimestre, la marge opérationnelle ajustée s’est établie à 17,6 %. À ce moment-là, Salesforce a relevé ses prévisions de marge opérationnelle ajustée pour l’ensemble de l’année à 20,4 %, mais a en quelque sorte laissé un grand vide sur cet élément pour le trimestre publié cet après-midi. Je pense que le marché le prendra très bien s’il semble que la marge d’exploitation se rapproche de ce chiffre d’orientation pour l’année entière. À l’inverse, si l’entreprise était obligée ce soir de réduire ce guide, le marché réagirait avec colère.

Fonds

Les flux de trésorerie d’exploitation ont bondi à 3,676 milliards de dollars au premier trimestre, ce qui a entraîné un flux de trésorerie disponible pour le trimestre de 3,53 dollars par action, soit près du double du trimestre précédent. Cela a laissé une trésorerie nette de 13,503 milliards de dollars au bilan et des actifs courants de 20,441 milliards de dollars. Les passifs courants s’élevaient à 19,899 milliards de dollars, dont 1,002 milliard de dollars de dettes étiquetées comme courantes. Cela place le ratio actuel à 1,03, et même s’il n’est pas exactement robuste, c’est un peu comme si on grinçait. Considérez-le comme un C+.

Le total des actifs s’élève à 93,022 milliards de dollars. Cela comprend un énorme 56,878 milliards de dollars en “achalandage” et autres actifs incorporels. C’est 61,1 % de l’actif total, et c’est plus qu’un peu beaucoup à mon avis. Le total des passifs moins les capitaux propres s’élève à 34,146 milliards de dollars, dont 9,595 milliards de dollars de dette à long terme.

Le fait est qu’il est facile de ne pas aimer un bilan avec un ratio actuel qui obtient à peine la note de passage, et il est facile de ne pas aimer un bilan où 61 % de tous les actifs sont incorporels. Savoir quoi ? Il est très facile d’aimer un bilan où la position de trésorerie est suffisante pour rembourser la totalité de la dette si besoin est. Oh, et la valeur comptable tangible de l’entreprise à ce moment-là s’élevait à 2,01 $ par action, ce qui est la plus forte depuis un an.

Le tableau

Les actions ne sont pas bon marché à 37 fois les bénéfices prospectifs. Cela pourrait être une raison de prendre un laissez-passer. J’ai choisi de négliger l’évaluation pour l’instant. Salesforce entre dans les bénéfices avec une lecture neutre pour Relative Strength et un MACD quotidien doux. Les lecteurs verront que le CRM a rompu une tendance baissière de sept mois en juin et est passé à un modèle de base qui dure maintenant depuis près de cinq mois. (Il y a environ six semaines de chevauchement entre les deux modèles.)

Le stock a récemment abandonné son EMA de 21 jours, ce qui a poussé la foule du swing trading à couper les appâts. Actuellement, le CRM est engagé depuis plusieurs jours maintenant dans une lutte pour son SMA de 50 jours. Si vous perdez cette ligne, vous perdrez des gestionnaires de portefeuille. Encore. Maintenez cette ligne, et bien, cela dépendra des gains, n’est-ce pas ?

CRM fonctionne actuellement avec un pivot de 194 $. Prenez le pivot, et l’action pourrait s’échanger jusqu’à 232 $. Juste mon avis. Mon point de panique passe à 163 $, soit une réduction de 8 % par rapport au SMA de 50 jours.

Idée commerciale haussière (lots minimes)

– Achetez 100 actions de CRM à ou près de 177 $.

– Vendez un appel CRM le 16 septembre à 190 $ pour environ 4 $.

– Vendez un put CRM le 16 septembre à 167,50 $ pour 5,50 $.

Base nette : 167,50 $.

Meilleur cas? L’investisseur est rappelé à l’expiration pour un bénéfice net de 13,4 %.

Pire cas? L’investisseur finit par acheter 200 actions sur une base nette de 167,50 $, le CRM se négociant en dessous de ce niveau.

(MSFT est une participation dans le Club membre Action Alertes PLUS. Vous voulez être alerté avant qu’AAP n’achète ou ne vende ces actions ? En savoir plus maintenant.)

Recevez une alerte email chaque fois que j’écris un article pour Real Money. Cliquez sur “+ Suivre” à côté de ma signature pour cet article.

#Salesforce #rapporte #mercredi #jai #une #idée #commerciale #haussière

Leave a Comment

Your email address will not be published.