Crise imminente dans la querelle sino-américaine sur les radiations

La semaine dernière, le géant chinois de la technologie Alibaba a demandé une cotation primaire à Hong Kong. Si vous cherchiez un signe de la façon dont se déroulent les négociations entre Pékin et Washington sur les projets de ce dernier d’interdire le commerce des entreprises chinoises, c’est celui-là. Lire : mal.

Alibaba est l’une des quelque 200 entreprises qui seront radiées des bourses de New York en 2024 parce que la Chine a empêché les régulateurs américains d’accéder à leurs dossiers d’audit financier malgré la loi américaine exigeant qu’ils soient inspectés tous les trois ans. L’interdiction de commerce s’appliquera également à des dizaines d’autres entreprises chinoises dont les actions ou les dettes sont négociées en dehors des bourses aux États-Unis.

La nouvelle cotation d’Alibaba à Hong Kong simplifiera la transition vers le commerce uniquement à Hong Kong si – ou quand – les régulateurs américains l’obligent à se retirer de Wall Street. Ceux qui ont de la peau dans le jeu semblent se préparer à cette éventualité.

L’interdiction mettra fin à un pont de deux décennies qui a assuré un flux constant de capitaux entre les deux plus grandes superpuissances du monde. Cela menacera les cotations d’entreprises avec une capitalisation boursière d’environ 1,4 milliard de dollars et empêchera la Chine d’accéder au plus grand pool de capitaux publics au monde lorsque les entreprises chinoises ont besoin d’accéder à la finance internationale.

Des négociations pour résoudre l’impasse sont en cours, selon des responsables américains et chinois, mais une résolution est peu probable. Le président de la Securities and Exchange Commission, Gary Gensler, a déclaré ce mois-ci qu’il n’était “pas particulièrement confiant” dans un accord.

Surplombant tout cela, il y a un projet de loi actuellement à l’étude à Washington qui accélérerait le délai d’un an.

Le cadre de radiation des sociétés si leurs auditeurs ne mettent pas les fichiers d’audit à disposition au moins tous les trois ans pour inspection par le Public Company Accounting Oversight Board, l’organisme américain de surveillance de l’audit, a été introduit en 2021. Cela a mis un tic-tac pour les radiations. Cela signifiait que la détermination du PCAOB sur la question de savoir si les entreprises chinoises s’étaient conformées à cette règle à la fin de 2023 serait cruciale.

Mais si le Congrès adopte son projet de loi actuel, les responsables du PCAOB devraient terminer leurs inspections un an plus tôt, d’ici décembre. S’ils ne le peuvent pas, toute entreprise chinoise cotée aux États-Unis sera interdite lors du dépôt de son prochain rapport annuel, qui a généralement lieu en avril. Il n’y a pas de marge de manœuvre.

En Chine, les risques géopolitiques ont suscité des préoccupations accrues en matière de sécurité nationale, ce qui fait qu’il est peu probable que Pékin autorise les régulateurs américains à examiner ses plus grandes entreprises. Mais le marché américain est trop grand pour être ignoré. En avril, Pékin a modifié une règle vieille de dix ans qui limitait le partage de données par ses entreprises opérant à l’étranger. Les régulateurs chinois ont également exploré la catégorisation des entreprises dont les données sont considérées comme «sensibles» ou «secrètes». Cela pourrait entraîner des radiations volontaires. Mais aucun des deux n’a satisfait les régulateurs américains.

Les États-Unis inspectent actuellement les dossiers d’audit des entreprises de plus de 50 juridictions. La surveillance du PCAOB est conçue pour améliorer la protection des investisseurs au-delà des frontières. La fraude de 300 millions de dollars au Luckin Coffee en 2020 a montré pourquoi ces protections devraient être également appliquées aux investisseurs dans les entreprises chinoises.

Les auditeurs eux-mêmes sont restés largement silencieux. Les trois quarts des entreprises chinoises cotées aux États-Unis sont auditées par les branches chinoises de Deloitte, PwC, EY et KPMG. Les “Big Four” ont fait face à une augmentation des amendes réglementaires et des poursuites des actionnaires pour leur travail en Europe et aux États-Unis. Si leurs audits chinois sont ouverts aux régulateurs américains, la responsabilité potentielle pourrait encore augmenter.

Pékin a élaboré des plans d’urgence. En juillet, elle a lancé un programme «stock connect» avec la bourse suisse. Cela permettra aux entreprises cotées à Shanghai ou à Shenzhen de demander une cotation secondaire en Suisse.

Améliorer les liens avec les marchés de capitaux européens est nécessaire car Hong Kong est trop petit pour être une véritable alternative à New York pour les entreprises chinoises. Il a des barrières élevées en matière de divulgation et de rentabilité à l’entrée, et sa liquidité est largement inférieure à celle de New York.

En fin de compte, toute solution à la ligne des radiations devra être à la fois technique et politique. Il y a une “volonté maximale” du côté chinois de trouver une concession qui réponde aux termes techniques des règles américaines, selon un investisseur chevronné de Hong Kong. Mais le sens est que les États-Unis veulent pouvoir déclarer au monde que la Chine suit ses règles. La rhétorique politique est susceptible de saper les chances déjà réduites d’un accord.

tabby.kinder@ft.com

#Crise #imminente #dans #querelle #sinoaméricaine #sur #les #radiations

Leave a Comment

Your email address will not be published.